Jeremy, 18 appartements, rénove son nouvel immeuble

Dans cette interview, vous allez découvrir le parcours de Jeremy, un investisseur immobilier qui mise tout sur les meublés étudiants. Il a pu acquérir 18 biens en seulement 8 ans et rénove actuellement son nouvel immeuble !

Eric : Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je suis avec Jeremy qui est un investisseur immobilier dans l’Est de la France, et qui va nous raconter son parcours. Beaucoup de choses à apprendre aujourd’hui, notamment au niveau de la rénovation. Donc, avec Jeremy qui est investisseur dans l’Est de la France.

Jeremy, Bonjour !

Jeremy : Bonjour à toi Eric !

Eric : Alors, tu investis dans l’Est de la France ?

Jeremy : Alors moi, je suis basé dans la région Franche-Comté, donc Nord-est de la France.

Eric : D’accord ! Et aujourd’hui, tu as combien de biens ?

Jeremy : Aujourd’hui j’ai 18 biens, donc je vais acquérir le dix-huitième d’ici à peu près 1 mois.

Eric : Waou !

Jeremy : (Rires)

Eric : Et tu as commencé à investir en quelle année ?

Jeremy : Alors, j’ai commencé à investir en 2008, donc ça fait un peu plus de 8 ans que j’ai commencé.

Eric : Donc 8 ans, 18 biens, plutôt bon rendement (Rires)

Et quel type de biens achètes-tu d’habitude ?

Jeremy : Alors, j’ai commencé au départ, pour me faire la main puisque forcément, je ne connaissais rien en immobilier – Donc, je suis un peu autodidacte par rapport à cela- J’ai commencé à acheter donc 2 appartements. Un premier où, entre guillemets, je n’avais pas de travaux.

Eric : Des studios ? Des deux pièces ?

Jeremy : Alors, j’ai commencé par un 2 pièces.

Eric : 2 pièces, d’accord !

Jeremy : Le deuxième, j’ai voulu me faire la main sur la partie des travaux, parce qu’au départ, je pensais que plus on achetait avec beaucoup de travaux, plus on faisait de bonnes affaires.

Je suis revenu un petit peu sur cela (Rires). Voilà, mais j’ai acheté, oui, un deuxième bien qui m’a coûté beaucoup de temps et d’énergies puisqu’il y avait vraiment tout à refaire.

Eric : Oui.

Jeremy : Et après, je me suis lancé dans les immeubles de rapports.

Eric : D’accord !

Jeremy : Donc, j’ai acheté un premier immeuble, on va dire 3-4 ans après. Et puis, 5-6 ans après, le deuxième immeuble.

Eric : Donc, ce qui explique aussi que tu aies 18 biens, enfin, les immeubles, ça permet d’aller beaucoup plus vite.

Jeremy : Voilà !

Eric : Puisqu’on achète plusieurs appartements en même temps.

Jeremy : Bien sûr. J’ai 7 appartements par immeuble. Donc, ce qui a fait une dynamique assez exponentielle dès le départ en fait.

Eric : Voilà, 7 x 2 = 14.

Jeremy : Voilà. Ça va vite.

Eric : Plus les 4 appartements à côté.

Et dans les immeubles, c’est plutôt quelle configuration d’appart’, des surfaces ?

Jeremy : Alors on est, sur les 2 immeubles, c’est à peu près réparti, j’ai 5 studios par immeuble.

Eric : Oui.

Jeremy : Et le reste c’est du F2 et du F3.

Eric : En gros, c’est quand même plutôt des petites surfaces, des studios, des F2 ?

Jeremy : C’est ça !

En gros, je me situe entre, pour les petites surfaces 25 m². Pour les F2, je suis de l’ordre de 40-45 m². Et puis pour tout ce qui est F3, plus sur du 65 m².

Eric : D’accord ! C’est vrai que les petites surfaces, c’est bien souvent plus rentables que les grandes surfaces sauf stratégie particulière. Et en l’occurrence, tes locataires, c’est quel profil des locataires ?

Jeremy : Alors, sur tous les apparts, depuis le temps, j’ai, essentiellement sur tout ce qui est studio, des étudiants.

Eric : Oui

Jeremy : Et puis sur du F2-F3, j’ai du jeune actif.

Eric : D’accord.

Oui, c’est souvent le profil sur les petits appartements.

Jeremy : Voilà ! Tout à fait, oui.

Eric : Et donc, pour l’étudiant, les parents se portent garant pour…

Jeremy : Alors, c’est le gros avantage de l’étudiant. C’est vrai qu’on a des garanties, donc on a à la fois les cautions des parents.

Et puis on a la CAF. En règle générale, on peut demander à ce qu’elles nous soient versées directement, ou alors, versées directement au locataire, mais on a du coup beaucoup de garanties par rapport au locataire étudiant.

Eric : Tout à fait ! C’est vrai que c’est plus rassurant.

Jeremy : C’est très rassurant !

Eric : Je trouve ça aussi beaucoup plus rassurant.

Jeremy : Bien sûr !

Eric : On sait où on va. On sait comment c’est cadré, on sait aussi la durée. Parce qu’en général, un étudiant il reste, alors chez moi, c’est 3 ans et demi en moyenne.

Jeremy : Oui

Eric : Mais ça permet aussi de savoir où ça commence, où ça s’arrête ? Et de pouvoir recommencer sur quelque chose de nouveau. Et ça évite aussi que des situations, des fois, pas dégénèrent, mais si on prend une personne qui va rester 10 ans, 15 ans, 20 ans, on ne sait pas ce qui va se passer après !

Jeremy : Oui. Bien sûr !

Eric : Alors que là, on peut toujours remettre les pendules à l’heure, recommencer au début.

Jeremy : L’avantage, c’est que les étudiants ne sont pas là pour s’installer. Donc voilà, on va avoir des personnes qui vont être beaucoup moins, qui vont emménager beaucoup moins, qui vont moins se sentir chez elles.

Donc, ça reste très basique, avec nous, ce qu’on amène en termes de meublés, etc.

Eux n’apportent pas nécessairement beaucoup de choses personnelles dans l’appartement.

C’est vrai qu’en règle générale, quand on a des départs, même si on a des fois des idées reçues, en se disant que les étudiants vont dégrader les appartements. Moi, concrètement aujourd’hui, sur la plupart de mes appartements, j’ai eu quasiment aucune dégradation.

Eric : Oui

Jeremy : Voilà, à part, bien sûr une petite vétusté dans le temps, faire un petit coup de peinture, etc. Voilà, mais je ne retrouve jamais mes appartements qui sont totalement dégradés. Voilà !

Eric : Pour moi c’est pareil et je peux même dire que dans certains cas, les appartements, je les récupère mieux (Rires). Un meilleur état qu’avant la location !

Jeremy : C’est vrai !(Rires)

Eric : Parce que, des fois, les parents vont ajouter une petite étagère ou ajouter, ou même des fois faire une petite touche de peinture, même si ce n’est pas peut-être à la fin de la location pour le repeindre.

Jeremy : Bien sûr !

Eric : Et ça c’est vraiment une bonne surprise. (Rires)

Jeremy : Oui, et puis des fois, ils nous laissent même pas mal de choses. Moi j’ai récupéré des bureaux en très bon état, des bureaux, des étagères, des micro-ondes. C’est vrai que des fois ils laissent parce qu’ils n’ont pas la possibilité de les ramener. Et puis, on se retrouve avec un appartement qui est un peu plus meublé qu’avant.

Eric : C’est sur-meublé en fait,

Jeremy : Voilà ! et gratuitement, puisqu’en règle générale, ils laissent les éléments (Rires)

Eric : C’est vrai ! Et ta stratégie d’investissement, en fait, tu recherches à faire du cash-flow sur tes investissements aujourd’hui quand tu achètes un immeuble ou un appartement ? Tu fais un calcul avec un objectif de bénéfice dès le départ ?

Jeremy : Oui, tout à fait ! Alors moi, là où je suis, j’estime qu’un bon investissement, déjà, je dois pouvoir avoir le paiement de mon crédit, ma taxe foncière et de toutes mes charges. Au minimum. Si je suis en dessous de ça, je ne fais pas l’investissement. Et je recherche aujourd’hui vraiment à dégager du cash-flow.

Alors, sur un immeuble aujourd’hui, je recherche vraiment « à dégager » au minimum, quand on a enlevé le crédit, et les charges, que j’aie au moins un revenu de 1000 € supplémentaires par immeuble.

Sur les appartements, forcément un peu moins, mais on sera de l’ordre de, voilà, de 50-100 € en plus, en cash-flow quoi !

Eric : Oui

Jeremy : Voilà. Mais ça permet de provisionner, voilà, si derrière, il y a des petits travaux ou des travaux sur la copropriété, etc. Ça permet de provisionner chaque année, un petit peu d’argent supplémentaire et d’arriver vraiment sur un investissement où c’est totalement nul en terme d’investissement mais vraiment, on n’a pas d’argent à sortir de notre poche quoi !

Eric : Oui, il y a plusieurs avantages. Il y a d’une part, tu n’as pas d’argent à sortir, d’autre part, tu économises. Enfin, tu as de l’argent, tu peux garder une partie pour toi.

Jeremy : C’est ça !

Eric : Tu gardes une partie en trésorerie en cas de, je ne sais pas, travaux ou quelque chose d’autres.

Jeremy : Bien sûr !

Eric : Et le troisième avantage, c’est pour la banque aussi.

Jeremy : Oui, voilà, c’est ça. J’allais le dire.

Eric : Le banquier, quand il va voir que tu génères du bénéfice, il va avoir un gros sourire et il va te suivre sur les suivants.

Voilà, c’est le gros avantage aussi.

Jeremy : Voilà. Oui ! Tout à fait ! Aujourd’hui, quand le banquier voit les projets, voilà, aujourd’hui, il réinvestit par rapport aux autres projets qui ont été faits, et il regarde, peut-être, plus nécessairement la situation personnelle mais plutôt ce que les autres biens peuvent générer par rapport au nouvel investissement.

Eric : Tout à fait !

Jeremy : Et puis bon, ils ont confiance quoi !

Eric : Voilà !

Ça c’est un point important quand vous investissez, pensez toujours cet aspect-là, de construire la confiance avec le banquier, et que même si vous êtes sur votre premier bien, mettez bien en place les choses pour que le banquier vous suive sur les suivants. Voilà.

J’ai une question aussi par rapport aux travaux. Alors, je sais que tu aimes bien les travaux, alors, enfin tu aimes bien les travaux, je sais que les travaux, tu réalises une partie des travaux toi-même.

Jeremy : Oui.

Eric : Est-ce que tu peux alors, je ne sais pas si tu as peut-être une anecdote à ce sujet-là à nous raconter sur les travaux ou, déjà sur la façon dont tu fonctionnes pour les travaux ?

Jeremy : Alors, oui c’est vrai que j’ai fait énormément de travaux moi-même, travaux intérieurs. Alors au départ, je ne suis pas quelqu’un de bricoleur, ou quoi que ce soit. J’ai tout appris sur le tas.

Voilà, donc ce que j’ai fait, c’est que j’ai commencé, j’ai eu l’erreur sur mon deuxième appartement de vouloir vraiment apprendre tout au départ. Au final, je me suis retrouvé avec un appartement où il y avait électricité, plomberie, plaquo… Il y a avait vraiment tout à refaire.

Eh bien, le problème c’est quand on travaille, quand on a des activités à côté, etc, ça devient très compliqué.

Et ce bien, j’ai mis plus d’1 an à le rénover.

Donc, ça a été très compliqué pour moi. Ça m’a pris de l’énergie, ça m’a pris du temps. Voilà !

Après, j’ai continué sur mes investissements suivants parce que c’est vrai que, quand on termine, on se dit on en a marre, on veut arrêter, ça nous met un coup au moral et tout ça !

Eric : Là, cet appartement, pendant 1 an donc il n’était pas loué ?

Jeremy : C’est ça !

Eric : Et tu payais du crédit à ce moment-là ?

Jeremy : Le problème il est là, c’est qu’on paie un crédit pendant plus d’1 an, donc voilà.

On est impacté à la fois par la partie travaux et puis à la fois par ce crédit qu’on ne paie pas.

Voilà, il faut savoir que quand on fait des travaux, il faut trouver le juste milieu pour que ça soit vraiment rentable, si vous voulez vous lancer sur la partie travaux comme la partie où vous pouvez déléguer l’intégralité.

Moi aujourd’hui, j’arrive à faire la jonction entre les deux et trouver des appartements où il y a très peu de travaux mais qui me permettent de gagner énormément d’argents.

Par contre, trouver un appartement, comme j’ai fait ma deuxième expérience où il y a tout à refaire et on perd énormément de temps, au final, pendant cette année-là, ça nous bloque concrètement pour faire d’autres investissements.

Eric : C’est ça, oui.

Jeremy : Voilà.

Donc, il faut vraiment trouver le juste milieu, par exemple sur mes immeubles, je vais parler des immeubles parce que mon deuxième immeuble, j’ai continué à faire des travaux. Il y avait beaucoup moins de travaux.

Eric : Oui.

Jeremy : Voilà, les appartements étaient quand même, voilà. C’était parquet- peinture – petite kitchenette, etc.

Eric : Oui.

Jeremy : Donc au final, on pouvait faire des appartements en moins d’1 mois. Donc, c’est très rentable à réaliser, par contre, voilà, on ne se met pas dans une misère de travaux qui va prendre du temps.

Le gros avantage c’est que j’ai pu louer les appartements dans l’état au départ puisque ce n’était pas un immeuble qui était délabré, et au fur et à mesure des départs des locataires, je ré-agençais, je rénovais, et ça me permettait d’augmenter le loyer.

Et puis d’ailleurs, petite anecdote par rapport à ça, c’est que j’ai même refait des appartements pendant qu’il y avait des étudiants dedans.

Voilà, je leur demandai tout simplement pendant qu’ils partaient en vacances.

Je leur dis, « écoute, ce que je te propose, c’est que, quand tu reviens des vacances, tu retrouves un appartement super ! »

Eric : Excellent !

Jeremy : Voilà, moi j’avais un délai de 2 mois, en général les vacances scolaires, et je n’augmentai pas le loyer.

Donc eux, ils étaient tout content, forcément ils nous disent « Oui, pas de problème ».

Et comme ils ne s’installent pas, ça ne leur pose aucun souci.

Nous, on retape l’appartement.

En règle générale, moi j’ai des étudiants, ils restent à peu près 1 an, 1 an et demi, 2 ans.

Voilà, du coup, je me retrouve 6 mois, 1 an après à pouvoir augmenter le loyer, re-louer beaucoup plus facilement. Et au final, je n’ai eu aucune vacance locative.

Eric : Et ça c’est pas mal, je n’avais jamais pensé à cet avantage de l’immobilier étudiant, c’est que, effectivement, pendant les vacances, les étudiants paient le loyer même s’ils ne sont pas dans l’appartement.

C’est vrai que c’est un bon moment pour rénover.

Jeremy : Ah c’est sûr !

Eric : C’est encore l’avantage de l’immobilier étudiant. Je n’y avais pas pensé. Mais oui, c’est une très bonne idée.

Jeremy : Oui ça peut même en déléguant complètement, sans faire les travaux soi-même.

Au final, une entreprise peut venir. Elle a 2 mois de travaux pour faire un petit parquet, une peinture, une petite kitchenette.

Ça va vite, il n’y a pas besoin de plus de 2 mois. Ça peut être très facilement réalisable par des professionnels.

Eric : Il faut bien l’anticiper parce que souvent pendant les vacances, les professionnels sont, soit en sous-effectif, soit beaucoup occupés. Donc, il faut déjà le prévoir en avril, mars-avril.

Jeremy : Oui tout à fait !

Eric : Après pour les travaux, je sais que quand on a des gros travaux, on peut demander aussi à la banque de payer les mensualités en différé. Alors, dans une certaine mesure, bien sûr.

Je sais que 2-3 mois c’est facile à avoir. Après, ça dépend des chantiers.

Mais c’est aussi un moyen pour ne pas avoir à payer les mensualités pendant les travaux.

Jeremy : Et puis, dégager aussi un peu de trésorerie, ce qu’on a fait d’ailleurs sur notre dernier projet.

C’est qu’on a acheté un appartement. On a réussi à faire un décalage de capital. Donc au niveau de la banque, vous remboursez votre capitale, et les intérêts que vous devez à la banque. La banque ne vous demande que les intérêts donc une petite partie du remboursement mensuel, et votre capital, vous ne le payez qu’à partir de 5 mois.

Pour vous donner un exemple, vous payez votre crédit mensuel de 400 €. La banque demande en gros 100 € d’intérêt sur ces 400. Donc vous n’allez payer vos 400 qu’à partir du cinquième mois, et vous ne payez que les 100 pendant les 5 premiers mois.

Ce qui vous permet au final, si vous faites par exemple, on va dire 1 à 2 mois de travaux. Vous payez vos 100 € et à partir de là, une fois que vous avez trouvé votre locataire, ça vous permet de faire du cash en plus que vous pouvez mettre de côté, ou utiliser comme vous voulez. Mais ça vous permet de faire de la trésorerie.

Eric : Donc ça veut dire que le troisième et le quatrième mois, il y a déjà quelqu’un dedans qui paie un loyer,

Jeremy : Voilà !

Eric : Tu ne paies que 100 € d’intérêts.

Jeremy : C’est ça ! Voilà.

Eric : Et donc, tu fais du bénéfice et ça te permet de…

Jeremy : voilà, derrière, d’avoir déjà un peu d’argent, ce qui permet encore plus de ne rien avoir à sortir au fil du temps quoi.

Eric : Ça c’est l’intérêt du différé.

Jeremy : Du différé. Oui !

Eric : Qu’est-ce que je voulais te demander, oui, par rapport aux travaux, aujourd’hui, si par exemple, t’as un appartement où il y a des travaux par exemple électricité, fenêtre, sol… enfin, un peu comme celui que t’as eu avec ton deuxième appartement, qu’est-ce que tu conseillerais de faire ? Qu’est-ce que tu conseillerais de déléguer ? Qu’est-ce que tu conseillerais de faire soi-même ?

Jeremy : De faire soi-même ?

Eric : Oui.

Jeremy : Alors, ce qu’on a pu constater parce que j’ai fait aussi intervenir des professionnels, j’ai fait chiffrer pas mal d’appartements, etc.

Quand on est novice, il y a des choses très simples à pouvoir réaliser, et d’autres moins.

Après, il y a des travaux qui vont être compliqués à réaliser soi-même et qui, au final, ne coûtent pas nécessairement très chers à faire par des professionnels.

Je vais prendre, par exemple, vos sols ne sont pas droits, vous devez couler une chape. Vous faîtes intervenir un professionnel.

Electricité, plomberie, ça reste des postes qui restent quand même compliqués, donc les mettre en œuvre soi-même, ça va prendre du temps.

Eric : Question de sécurité aussi.

Jeremy : Question de sécurité également, oui. Voilà.

Donc, moi c’est des postes aujourd’hui que je peux réaliser, que je peux déléguer également. Ca dépend en fait du chantier.

Mais voilà, je sais que quand on est novice, qu’on ne connaît pas, ça reste compliqué.

Par contre ce que je peux conseiller de faire, là où vous pouvez gagner énormément d’argent, c’est la peinture.

La peinture, j’ai pu sur notre dernier chantier, je vous donne un exemple chiffré, on était de l’ordre de 4200 € de tarif auprès du professionnel, on en a eu pour 200 € de matériels. Donc, ça fait quasiment 20 fois le prix en moins.

Après vous pouvez réaliser sur la partie parquet aussi. Par exemple poser un parquet c’est assez simple. Ou une petite kitchenette, il n’y a rien de très compliqué.

Voilà, c’est des parties que vous pouvez optimiser, vous pouvez vous renseigner sur internet, voir les montages, etc. C’est vraiment des postes où vous pouvez gagner énormément d’argent, et qui sont faciles à réaliser même pour un novice.

Eric : Donc en fait, tu ventiles, un mix sur certaines choses vraiment en sécurité. Les choses un peu plus compliquées, c’est le professionnel qui peut le faire, et certaines choses c’est toi qui le fais. Même pour l’ameublement, je sais que certaines cuisines, tu les montes toi-même ?

Jeremy : Oui.

Eric : Mais bon, après, ça c’est au cas par cas. Ca dépend aussi de l’affinité de chacun.

Jeremy : Bien sûr.

Eric : Il y en a qui sont plus ou moins bricoleurs,

Jeremy : Oui, tout à fait (Rires)

Eric : Et voilà, ça permet de gagner quand même pas mal, je sais que sur ton dernier investissement, tu as gagné plusieurs milliers d’euros.

Jeremy : J’ai gagné, on a fait 1 mois de travaux. Donc, on était deux à le réaliser, sans non plus à y passer des heures et des heures, des journées classiques.

On a fait 1 mois de travaux complet sur l’appartement, on a gagné à peu près 8 000 €.

Eric : D’accord.

Qu’est-ce que tu penses de cette règle ? En fait, j’entends souvent une règle qui dit : voilà, quand on veut rénover un appartement, donc une rénovation assez complète comme ce qu’on disait toute à l’heure, électricité et tout ça.

Il y a une règle qui dit : c’est à peu près entre 500 et 1 000 € le m².

Jeremy : Après c’est 500 et 1000 € du m², c’est compliqué à chiffrer. Ca dépend de ce qu’il y a à réaliser. Mais c’est vrai que là, je n’ai jamais trop calculé personnellement par rapport à ça.

Eric : Oui.

Jeremy : Ce que je préfère faire c’est, si vous voulez faire la partie totale des travaux, c’est tout simplement faire intervenir des professionnels et faire chiffrer, en amont avant de faire l’achat de…

Eric : D’ailleurs, un conseil aussi, c’est quand vous achetez un appartement avec des travaux, donc vous allez déjà peut-être avoir une idée du montant des travaux avant de signer le compromis, mais en général, c’est assez flou cette idée. Et quand vous allez signer le compromis, vous allez donc cette période de 10 jours de réflexion. Profitez-en vraiment pour faire le maximum de devis et affiner ce montant pour ne pas avoir de surprise après, parce que une fois que les 10 jours sont passés, voilà vous êtes quand même engagé, donc faites le maximum de devis, faites venir des professionnels, et je sais que des fois, on peut avoir des surprises donc c’est très important de le valider à ce moment-là, d’avoir le maximum d’infos en fait avant que les 10 jours ne soient terminés.

Jeremy : Ce qui, peut être également intéressant, c’est d’avoir une personne, de vous mettre en relation avec une personne qui peut gérer l’intégralité des travaux. Voilà, le fait de visiter un appartement et puis de se dire on va faire une contre-visite, et bien, c’est de pouvoir prendre rendez-vous avec la personne qui va pouvoir vous faire un chiffrage global, qui peut être négocié par la suite, mais au moins d’avoir une idée précise de ce que peuvent vous coûter les travaux, en amont et puis après utiliser cette période de 10 jours pour affiner.

Mais il faut absolument, parce que les travaux ça peut jouer des fois à 5 000-6 000 € près, etc.

Eric : (Rires)

Jeremy : Ça peut grimper donc, surtout quand vous faites tout vous-même.

Moi personnellement, aujourd’hui je rentre dans un appartement, je chiffre voilà, parce que je sais combien coûte le prix d’une rénovation quand on le fait soi-même, après, que du professionnel.

Vaut mieux faire intervenir en amont pour revoir, pour chiffrer votre…

Eric : Même quand on s’y connait, même quand on a déjà une idée, il faut toujours avoir l’aval, enfin le devis quoi.

Jeremy : Oui. Tout à fait.

Eric : Surtout, ne faites pas confiance au vendeur, enfin après…

Jeremy : (Rires)

Eric : L’agent immobilier vous dit qu’il n’y a que 10 000 € de travaux, ou que le vendeur vous dit qu’il n’y a que 10 000e de travaux, ne les croyez pas.

Jeremy : (Rires)

Eric : Faites une vérification. C’est quand même vous après qui allez payer les travaux donc, le vendeur il peut dire ce qu’il veut.

Ce n’est pas un professionnel, il ne vous a pas fait de devis,

Jeremy : Oui.

Eric : Donc faites très attention à ça. Voilà.

Jeremy : Oui, c’est toujours minimisé. L’agent immobilier, ils aiment bien… (Rires)

Eric : Ok, je ne sais pas si t’as d’autres choses à rajouter ?

Ah oui, peut-être j’ai une question par rapport à la gestion des appartements.

Tu as 18 biens aujourd’hui, au niveau de la gestion, est-ce que tu délègues certaines choses ou comment ? Est-ce que tu fais tout toi-même ?

Jeremy : Pour le moment, non, parce qu’il me reste encore une bonne partie des crédits à rembourser. Par contre, je m’occupe encore des mises en location, des visites, etc.

Par contre, j’ai optimisé chaque poste. Voilà, aujourd’hui, j’ai mes annonces qui sont déjà prêtes sur mon ordinateur, j’ai mes baux, mes états des lieux, tout est pré-rempli.

Voilà donc, j’optimise vraiment à ce niveau-là.

Les documents, on traite tout par mail entre les locataires, avec un mail qui est déjà préétabli au départ.

Donc en gros, moi quand je poste une annonce, je la poste en moins de 3 minutes.

Eric : Oui.

Jeremy : Mes biens, étant donné qu’ils sont d’une certaine qualité, je fais les grands maximum, 2 à 3 visites.

Derrière, l’envoi des papiers c’est automatique. Juste à changer le nom, le prénom, la date d’entrée dans les lieux.

J’envoie les baux, j’envoie le RIB, etc., puis avec l’état des lieux, je le sors pour le jour de l’état des lieux.

Au final, même si la gestion est un peu plus lourde, forcément, au bout de 18 appartements, ça devient compliqué. Mais par contre, en optimisant chaque poste, on gagne vraiment beaucoup de temps, par contre.

Eric : Je vois que tu es bien organisé, donc cela ça aide aussi.

Moi, c’est pareil. J’ai aussi des annonces qui sont déjà prêtes,

Jeremy : Oui.

Eric : Tu les copies, tu les colles. En fait, je crois que cette notion d’organisation,

Jeremy : Bien sûr.

Eric : Et de, c’est vrai qu’à partir d’un moment, à force de le faire, c’est toujours les mêmes choses qui se répètent.

Jeremy : Voilà.

Et puis on est beaucoup plus carré au départ quand on commence. On achète, moi je sais qu’au départ quand j’ai commencé, j’achetais le bail pré-rempli, la feuille d’état des lieux, vous passez du temps à tout remplir. Ça vous prend une demi-heure, déjà rien qu’à remplir les documents.

Voilà maintenant on arrive, les documents ils sont posés, je reprends l’ancien état des lieux de l’ancien locataire, voilà, en ayant juste changé le nom et prénom.

Derrière, on regarde s’il y a quelque chose à rajouter, on met 2-3 mots et puis c’est fait quoi !

Eric : C’est l’intérêt aussi d’avoir des documents informatisés puisque là tu peux,

Jeremy : Tout à fait !

Eric : Tu peux mettre tes coordonnées, tu peux laisser un fichier que tu as juste à réimprimer.

Jeremy : Voilà !

Eric : Contrairement aux baux que tu peux acheter dans le commerce.

Jeremy : À 15 €, au bout d’un moment, ça devient quand même cher.

Eric : Voilà.

Jeremy : Alors que là, tout est sorti, tout est sur word, excel etc., donc tout, ça ne coûte rien quoi. (Rires)

Eric : Oui.

Moi, j’ai un pack locatif que j’utilise toujours et qui est bien rodé aujourd’hui avec tous les documents.

Voilà, est-ce que tu as autres choses à rajouter par rapport à l’immobilier, ou peut-être sur tes activités à côté?

D’ailleurs, tu es toujours salarié ou tu ?

Jeremy : Non. Alors, moi j’ai quitté mon activité salariale, tout simplement pour gérer les patrimoines que j’ai.

Quelques petites opérations, et après je peux vivre intégralement de l’immobilier.

Voilà, ce qui me permet moi de me dégager du temps aujourd’hui et puis de créer un site comme fait Eric.

Voilà, donc je suis un peu sur la même démarche, conseiller en investissement immobilier également. Voilà.

Eric : Je sais que tu as du très bon contenu, concernant tout ce qui est travaux, en fait, tu m’as dit que sur ton dernier appartement, vous avez fait un suivi de toutes les étapes.

Jeremy : Oui, voilà, on a créé un site assez pragmatique pour en gros dégrossir des étapes qui sont trop compliquées pour les personnes.

On a structuré notre site, si je peux peut-être citer le…

Eric : Oui. Bien-sûr.

Jeremy : Donc voilà, c’est reussimmo.fr, donc un mélange réussite et puis immobilier.

Voilà, vous pouvez aller dessus puis voir un peu comment nous on traite chaque étape de l’immobilier.

Et en fait, oui, nous on a acheté un autre appartement qui fera l’objet d’une prochaine formation, qui sera dédiée à dégrossir toutes ces…, de A à Z l’immobilier, pour que vous puissiez comprendre comment ça fonctionne.

Eric : Oui, tu m’en as un peu parlé. C’est un très bon investissement. C’est vraiment un bon produit que vous avez créé.

Jeremy : Très belle affaire, tout à fait.

Eric : Oui. Je vous invite à venir sur le site de Jeremy pour découvrir cette belle opération.

Jeremy : (Rires)

Eric : Jeremy, merci !

Jeremy : Merci à toi Eric !

Eric : On se tient au courant pour la suite.

Tu nous diras quand tu auras dépassé le cap des 20 appartements.

Jeremy : (Rires) Pas de problème.

Eric : On se retrouve pour la prochaine petite interview.

Jeremy : Parfait !

Eric : Merci beaucoup !

Jeremy : Merci à toi Eric !

Eric : Salut Jeremy !

Jeremy : Salut Eric ! Au revoir à tous !

Eric : Ciao ! À bientôt !

14 commentaires

  1. Dom 20 mars 2017
    • Eric 22 mars 2017
  2. Dom 19 mars 2017
    • Eric 19 mars 2017
      • Dom 19 mars 2017
        • Eric 20 mars 2017
      • Dom 19 mars 2017
        • Eric 20 mars 2017
          • Dom 20 mars 2017
  3. Dom 19 mars 2017
    • Eric 19 mars 2017
      • Dom 19 mars 2017
        • Eric 20 mars 2017
  4. Jérémie 11 mars 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous voulez enfin passer à l'action ? Je vous offre le guide pratique pour réussirOUI, JE VEUX MON GUIDE !